De temps en temps, pour changer et pour satisfaire toutes les formes d’apprentissage (pour les auditifs, notamment), je vous proposerai des vidéo blog. Voici le premier numéro.

Régulièrement, des clients me rapportent que leur chien n’aime rien, ou qu’il n’aime pas les jouets, ou qu’il aime la nourriture, mais qu’il n’en veut pas quand il voit d’autres chiens. Nous allons nous demander pourquoi les chiens réagissent comme ça, et comment les aider à apprendre malgré ça.

Dans cette vidéo, nous aborderons les thèmes suivants :

  • Trouver ce qu’il aime. Penchez-vous vraiment sur la question : qu’est-ce que mon chien préfère ? La nourriture ? Quel type de nourriture ? Les jouets ? Quel type de jouet ? Il a forcément des préférences, êtes-vous capables de les citer ?
  • Sortir des sentiers battus. Parfois, les chiens aiment des choses qui ne nous viendraient pas à l’esprit : de la pomme plus que du foie séché, une branche de lunettes plus qu’une balle en peluche. Ils peuvent aimer un vieux bout de cuire, une chaussette… Sortez de l’éternel jambon-fromage-baballe, pour explorer ce que votre chien aime vraiment !
  • Donnez-lui ce qu’il veut vraiment. Parfois, les chiens ne sont plus intéressés par nos friandises, ils veulent juste aller renifler, ou faire pipi, ou plonger dans l’eau, ou aller voir les copains, ou au contraire fuir les autres chiens. Pourquoi ne nous servirions-nous pas de ce que nous offre la nature pour les récompenser avec ce qu’ils veulent vraiment ? Cela s’appelle le principe de Premack : « Il est possible d’accroître un comportement à basse probabilité en utilisant comme renforçateur un autre comportement à haute probabilité. » En d’autres termes : mange tes épinards, tu auras du dessert. Et petit à petit, on mange ses épinards avec de moins en moins de réticence.
  • Pourquoi n’aime-t-il pas ce qu’on lui propose ? Il est peut-être dans un état émotionnel qui ne lui permet pas d’apprécier: trop excité, ou au contraire trop intimidé, trop intéressé par l’environnement.
  • Comment l’aider à apprendre quand même ? Tout d’abord, il faut l’aider à sortir de cet état émotionnel (l’éloigner, par exemple. Lui permettre de souffler, d’aller courir, etc). Ensuite, c’est à vous de faciliter l’apprentissage, soit en lui demandant moins, soit en l’aidant plus (leurrer, aménager l’environnement pour rendre les choses évidentes), soit en réduisant la durée de concentration.
  • La notion de choix et d’engagement. Il est primordial de laisser le choix au chien de s’engager ou non dans le travail/le jeu avec nous. S’il n’est pas prêt, il n’est pas prêt. S’il n’est plus là, il n’est plus là. A vous de saisir le moment où il sera prêt, pour lui montrer que finalement, tout est fun et tout est facile. Moins il se sentira obligé, plus il choisira de s’engager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.