Pour vous aider à vous y retrouver au milieu de tout ce qu’il faut faire quand on prend un chiot, je vous ai fait une sélection des trois notions les plus importantes à mes yeux quand on a un chiot. Les trois piliers sur lesquels reposent un chiot bien équilibré. Le choix n’était pas facile à faire, mais il a bien fallu se décider. Je vous ferai donc trois articles sur les sujets suivants : socialisation et familiarisation, apprentissage du calme, habituation aux contacts.

Ce qui est bien, avec les tout petits chiots, c’est que ça dort beaucoup. Enfin, ça dort… Parfois, quoi. Si certains chiots ont encore souvent envie de se reposer, pour d’autres, la vie est vraiment trop merveilleuse, et entre le besoin de dormir et l’envie de découvrir le monde, les chaussures à mâcher, les stylos à croquer, la litière du chat à gober, les kleenex à déchiqueter, le vieux chien de la maison à embêter… eh bien le choix est vite fait !

 

En réalité, tous les chiots, comme les jeunes enfants, ont besoin de dormir beaucoup. Mais plus ils grandissent, moins ce besoin se fait sentir. A deux mois, ça dort bien (enfin, en général). A quatre mois, déjà moins. A 6 mois, vraiment plus trop. A 8 mois, on oublie ! Et le souci, c’est que les chiots vivent avec des humains qui, eux aussi, ont envie d’interagir avec leur nouvelle petite boule de poils. Un humain, ça aime les chiots espiègles, joueurs, dynamiques, leur futur compagnon qui les suivra partout et qui doit déjà avoir tout vu (voir article sur la socialisation en douceur). Ca a donc tendance, sans s’en rendre compte, à alimenter le côté « être actif, c’est vachement plus rigolo ».

Voici Yopp à moins de 2 mois. Et oui, il y avait du boulot… 🙂

 

Si son humain ne lui apprend pas à revenir au calme, ça n’est pas de lui-même que le chiot le fera. Enfin, certains chien, si. D’autres, pas du tout. C’est donc à vous, son « parent » de substitution, de lui apprendre que dans la vie, il y a des moments pour jouer et des moments pour se poser.

La position relaxante préférée de Yopp : le phoque échoué

La fée du sommeil

Quand j’était petite, à la maternelle, on jouait à la fée du sommeil. On était tous étendus sur des matelas, et la maîtresse passait avec une baguette (magique, pas de pain !), elle parlait doucement et nous « endormait » d’un coup de foudre de fée. Bon, ça ne marchait pas toujours, parce que certains d’entre nous n’avaient pas du tout envie de se reposer à ce moment-là. Je garde un souvenir mêlé d’ennui et d’apaisement de cette sieste obligatoire… Etrange sensation. Je crois que c’est comme le sport : on n’a pas envie de s’y mettre avant, et puis après, finalement, on se sent bien. Ce qui est sûr c’est qu’en réalité, ça nous faisait VRAIMENT du bien.

Ainsi, je vous invite à instaurer des moments de « sieste » obligatoire, pour que votre chien, devenu grand, ne soit pas un toutou totalement hyperactif, incapable de se poser, qui vit une torture dès qu’on veut l’emmener au restaurant, ou met le souk chez vos amis, ou vous tape la honte dans le train… A quoi ça ressemble, concrètement, cette sieste canine ? Eh bien tout simplement, dans un premier temps à aller sur son tapis ou dans sa caisse. Tapis ou caisse qui sont bien sûr, les endroits les plus merveilleux au monde (et surtout pas l’endroit où on les envoie quand ils ont fait une bêtise !). Il peuvent s’y reposer, grignotter un sabot de veau ou un jouet, du moment qu’ils font ça calmement.

La cabane à rêves

Je vous conseille de lui faire un petit « coin dodo » bien à lui, pas trop à l’écart pour ne pas qu’il se sente isolé, mais pas non plus au cœur de l’action pour qu’il puisse se reposer. Quand Yopp était petit, je lui avais fait un super parc avec plein de choses dedans. C’était en réalité une grande cage en métal, car s’il existe des parcs pour chiots, Yopp était déjà bien athlétique quand je l’ai eu, à 4 mois, et il les aurait renversés ou franchi en quelques minutes.

Voici un exemple de parc à enfants que l’on peut utiliser pour les chiots (ici en l’occurrence c’était le parc de Pampa, ma chienne de 14 ans, qui allait se protéger de Yopp dans cet espace sécurisé). Mais pour Yopp, tous les parcs, c’est chouette !! Et petit à petit, on travaille aussi la peur de la contrainte, de la « porte fermée », tout en douceur.

Un extrait de Yopp qui joue sagement dans sa caisse magique. Dans sa caisse, vous voyez un tapis de fouille (où je cache des friandises), un os à mâcher, des jouets, un tapis confortable et absorbant en cas de pipi.

Et un exemple de parc à chiots en tissu que j’utilisais au début pour le terrain, mais il n’a pas duré longtemps

Il avait aussi (et a toujours) des coucouches un peu partout, de toutes formes, pour toutes les circonstances (dedans, dehors, transportable, douillet, indestructible, plat, à rebord…). Bon ça, c’est aussi ma petite lubie ! Je recommande fortement l’usage occasionnel de la caisse de transport ou cage en métal (que je préfère, parce que le chien peut tout voir) pour les premiers temps, mais je sais que c’est compliqué à concevoir pour certains, et ça prend de la place, donc le mieux, c’est que vous fassiez votre propre choix en fonction de votre vie et de vos envies. Parc à chiot ou à enfant, caisse, tapis, alcôve fermée avec une barrière à enfants, à vous de voir. Mais le chiot doit avoir SON endroit à lui.

Petit aparté, si vous décidez d’investir dans une caisse :

A quoi doit servir une caisse ?

  • A apprendre au chien à se poser et à se calmer
  • A lui apprendre qu’une porte fermée n’est pas la fin de l’univers
  • A sécuriser votre maison durant votre absence ou les moments où vous êtes très occupés (ça n’est pas juste pour l’empêcher de faire des bêtises. Un chiot qui n’a pas accès à tout ce qui peut se mâcher ou se grignoter dans une maison évite de prendre ces mauvaises habitudes, et quand on retire la caisse au bout de quelques mois, ça se fait en douceur sans destructions)
  • A offrir à votre chien un coin tranquille bien à lui où qu’il soit (d’abord chez vous, puis, si vous êtes amenés à faire des déplacements : à l’hôtel, en concours d’agility, en stage)

A quoi ne doit pas servir une caisse ?

  • A l’enfermer quand il a fait une bêtise
  • A le laisser dedans pendant vos longues absences (plus de 3 ou 4 heures)
  • A vous permettre de ne jamais surveiller votre chiot
  • A le laisser crever dans son coin parce que pendant ce temps il nous lâche la grappe
Yopp (4 mois) et Yéti dans leur abri pendant l’hiver sur le terrain. C’est un endroit douillet et sécurisé
Yopp, 4 ans, pendant l’attente d’un concours d’agility

C’est dans cette « cabane à rêves » qu’il aura des bonbons, des caresses, c’est là que j’irai lui dire bonjour le matin, bonne nuit le soir. C’est là que je lui porterai sa gamelle. C’est là que je le saluerai quand je rentre après le boulot. C’est là que je lui enverrai des regards affectueux, des mots doux. Et des bonbons, encore des bonbons (peut-être plus que des caresses, parce que les caresses peuvent parfois n’être pas très appréciées par certains chiens. Cf prochain article) . L’idée est de faire de cet endroit un lieu agréable et apaisant. Plus sympa encore que le canapé, le fauteuil, le seuil de la porte d’entrée ou le tapis du salon.

Quand vous estimez que votre chiot a eu assez de stimulations (après une balade, après un jeu avec vous, quand il a joué tout seul un bon moment…), emmenez-le dans sa « cabane à rêves ». Et s’il ne sait pas encore y rester, personnellement, soit je ferme la porte du parc, soit je le mets en laisse (en accrochant la laisse à moi ou à un meuble). En réalité, j’utilise plutôt une veille corde, parce que sa laisse, il risque de la manger… Alors je sais, je vois vos regards effarés : elle attache son chien dans la maison !!! Mais tout est dans l’état d’esprit. Ca n’est absolument pas une punition. Il est juste en laisse (la laisse ne doit pas être associée à de l’excitation, ni à la punition). On lui parle gentiment, on le calme, on le masse. On est la fée du sommeil ! Quand Yopp était excité, impossible à arrêter, je lui mettais sa laisse, et il se posait et s’endormait illico, parce qu’en réalité, il était épuisé, et il avait besoin qu’on le lui fasse remarquer !

Ici, vous voyez la laisse de Yopp. Il n’a pas l’air traumatisé…

Le marchand de sable

Parfois, toujours quand j’étais petite, le simple fait de me demander de me calmer ne marchait pas. J’étais une fillette assez nerveuse. Alors ma mère, qui, avec le recul, était d’une modernité impressionnante dans ses méthodes d’éducation, jouait au marchand de sable. Je me couchais par terre, et je devais jouer à me faire toute molle. Elle me prenait le poignet, me soulevait le bras, et le relâchait. Mon bras devait retomber le plus souple possible. Elle faisait pareil avec mes deux bras et mes deux jambes. Ca commençait comme un jeu, et à la fin, j’étais totalement relaxée.

Nous pouvons reproduire ce genre de choses avec les chiens. On les prend en laisse, on installe leur tapis à nos pieds, et on attache la laisse à notre ceinture. Tout simplement pour qu’ils n’aient rien d’autre de passionnant à faire. Ca va être un temps calme pour tout le monde (je vous invite donc à choisir un moment où la maison est elle-même assez tranquille, pas grouillante d’enfants heureux de rentrer de l’école !). Vous prenez un bouquin, ou vous vous mettez devant un puzzle ou une série, et vous attendez que votre chien arrête de tourner. Au moindre signe de calme (il s’assied, il arrête de couiner, il bouge moins etc), posez lentement et doucement une croquette sur son tapis. Puis recommencez à lire. Et reposez une croquette s’il est calme ou s’il s’apaise encore plus (il peut se coucher, se mettre sur le flanc…). Le tout doit se faire avec une extrême lenteur et sans lui parler, pour ne pas l’exciter. Petit à petit, vous allez associer une émotion de calme et de douceur au fait d’être sur son tapis ou d’être attaché. Il va apprendre à se relaxer, à se détendre.

(vous retrouvez ce genre d’exercices détaillés, et encore bien d’autres, dans les cours en ligne « Chien cool, maître zen », que je recommande fortement pour les chiots actifs, et très utile aux chiens adultes aussi, bien sûr, mais il y a plus de boulot de rattrapage)

 

Masseuse à domicile

Enfin, si votre chien aime les contacts ou y est habitué (voir prochain article sur les contacts), profitez d’un moment où il est déjà calme pour venir lui faire un petit massage relaxant. Attention, ne le faites pas quand il a envie de jouer, ça pourrait l’exciter. Vous pouvez lui parler doucement, lui chanter une petite chanson (eh oui !), le caresser avec des gestes très lents, très amples et très doux. Ou lui faire quelques T-Touch si vous vous y connaissez un peu (http://www.ttouch.fr/). Vous trouvez aussi des livres de massages pour chiens assez facilement sur internet. Attention, si vous allez en magasin demander un livre, articulez bien, ne faites pas comme moi, qui ai mal prononcé, et le vendeur m’a apporté un livre sur les « massage câlins » au lieu des « massages canins » !!

Yopp après un bon massage dans sa cabane à rêves…

En résumé

  • Même s’il ne le sait pas, votre chiot a besoin de moments de sieste
  • C’est un apprentissage qui lui servira toute sa vie, une ressource clé
  • Il doit avoir son coin à lui, sa « cabane à rêves », un lieu qu’il aura appris à adorer
  • Apprenez-lui à se poser, en récompensant tout signe de calme
  • Enfin, rendez agréable cette sensation de calme par des massages, des friandises, des sourires et petites attentions

 

 

One thought to “Les 3 piliers du chiot bien dans ses pattes 2/3 : apprendre à être calme”

  • Florence

    Merci Yannick pour ce chouette article!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.